Carole Fichter, créatrice de Lodesse

Carole Fichter est la créatrice de la très jolie marque Lodesse, que j’ai découvert par hasard. J’ai tout de suite été interpellée par ses jolis packagings et par la suite suis devenue une inconditionnelle de son démaquillant-soin, qui respecte ma peau sensible.
Autant de raisons pour avoir eu envie de rencontrer cette femme au parcours atypique :

Quel est votre parcours? Pourquoi avoir eu l’envie de créer une nouvelle marque ?
J’ai travaillé dans le cinéma, à la production de films iraniens, palestiniens, turcs… Puis un jour ma peau devenant très sèche et dénutrie, j’ai voulu la nourrir et la réparer mais aucun produit du marché ne me satisfaisait. De guerre lasse, je me suis mise à me faire des préparations maison. Nous étions en 2006. Lodesse était née.
Je ne cherchais pas particulièrement à créer une énième marque de cosmétiques alors que tant de marques existent déjà mais à apporter une réelle différence pour la peau. J’ai raisonné à partir de la peau et de ses besoins physiologiques, et là mon héritage familial m’a beaucoup aidé (je suis issu d’un milieu de pharmaciens et de médecin).

-Pourquoi avoir choisi Lodesse comme nom ?
C’est simple, c’est une Ode à l’essentiel.

– Quelles sont les valeurs de Lodesse ? Ses axes de différentiations ?
Les principales valeurs de Lodesse sont : l’honnêteté (sur les résultats, ce que l’on peut attendre d’un cosmétique), la générosité (les produits sont très concentrés), la liberté (toujours peu de gestes mais les bons!), la naturalité, la pérennité (des formules qui ne vont pas changer), l’universalité (les produits s’adressent à tous) et l’échange (car la peau est un émonctoire et doit toujours pouvoir respirer et échanger avec l’extérieur). Un discours apaisé mais des résultats grâce à des formules pleines de bon sens (proches des constituants essentiels d’origine de la peau).

– Votre marque est-elle bio ?
On peut dire que la marque est indéniablement dans la « mouvance bio » même si les produits ne sont pas certifiés.
Les formules sont constituées suivant les références de 70 à presque 90 % d’ingrédients bio et jusqu’à 98 % d’origine végétale, puisque l’idée est très simple : il s’agit de redonner à la peau ce qu’elle a perdu (surtout des lipides) en version végétale. Certains produits sont sans eau, donc sans conservateurs et la plupart contiennent très peu d’eau et donc très peu de conservateurs.
Les formules suivent au maximum les référentiels bio (Ecocert, Natrue) cependant j’ai choisi de travailler avec des parfums qui sont partiellement de synthèse, plutôt qu’avec des huiles essentielles, ce qui évite les risques d’allergies et permet donc aux Soins Seconde Peau de s’appliquer sur le contour des yeux sans aucun risque et d’être utilisés par les femmes enceintes.

– Qui est votre clientèle ?
Une femme qui prend plaisir à s’occuper d’elle, qui connait sa peau et ses besoins, qui sait reconnaître la qualité d’un produit et a envie d’un dialogue apaisé et de confiance avec ses cosmétiques.

-Où trouve-t-on votre marque?
Chez des indépendants conseils d’une façon générale, ce qui veut dire pharmacies conseil (Pharmacie Homéopathique Centrale dans le 16è ou Pharmacie de Babylone dans le 7è), boutiques bio indépendantes (Queues de Cerises, Vitalibio), instituts pointus (Chantal Lehmann, Aline Faucheur, L’îlot Soins …)
– Lors de vos voyages, qu’emportez-vous dans votre Vanitycase ?
Outre les produits Lodesse pour le soin quotidien bien sûr que j’emporte en échantillons pour ne pas me charger, j’ai quelques indispensables pour le maquillage, léger et discret. J’ai toujours avec moi un mascara (Benefit), un anti-cernes (Bobbi Brown ou Nars), un peu de rose (le Benetint rose liquide est un must) et un baume gloss pour les lèvres (Armani ou Sephora).
Je vais souvent en vacances en Italie et pour éviter de trop me charger, pour retirer la crème solaire et faire la peau douce, je prends le café en poudre qui a été utilisé, je le mélange à un savon liquide. Cela fait le meilleur gommage que j’ai jamais vu : la peau est douce et très légèrement satinée.
Et bien sûr un parfum, en général Trayee de mon amie Neela Vermeire qui fait des parfums d’une qualité incroyable, qui vous enveloppent littéralement.

– Quel est votre produit fétiche ? Pourquoi ?
Le Baume Seconde Peau n°2 Lodesse. Ce n’est pas parce que c’est un de mes produits, mais parce que c’est la base de ma réflexion sur les carences lipidiques de la peau. Il est très complet dans une texture fine, que l’on peut mettre en toute saison, il suffit d’en mettre  plus ou moins.

– Qu’est ce qu’une femme belle ?
Ah c’est une bonne question, pas facile ! Souvent lorsque je suis sur des points de vente, je vois des femmes pas toutes jeunes que je trouve vraiment belles. La première chose qui est certaine, c’est que ce n’est pas une question de rides ou pas. Bien sûr il y a une question d’harmonie « mathématique » des traits, qui est surtout valable quand la personne ne parle pas. Mais dès qu’elle s’anime, c’est la vie, la lumière, qui se dégage, le sourire, l’ouverture aux autres, la curiosité, la sérénité, l’amour qui se dégagent qui rendent « beau » ou « belle ».

Si vous aviez une adresse beauté à nous faire découvrir ?
3 en fait : Chantal Lehmann pour travailler les muscles, Annie chez Lucie Saint Clair pour les pincements Jacquet dans leur version d’origine, Nicole Desnoë pour un travail de kiné faciale.